Comme Leonid Outiossov, ses trompettes et sa bonne humeur, en espérant retrouver des jours meilleurs, de nouveaux films russes dans les salles françaises (ouvertes), découvrir des perles soviétiques, continuer à rêver et courir de pellicules en transferts numériques, je vous souhaite une très belle année 2021 !

Image : Les Joyeux garçons (Alexandrov, 1934)


Julien Morvan

Professeur d'histoire-géographie en Île-de-France, cinéphage et russophile, j'ai créé Perestroikino en avril 2020 pour partager mon exploration du cinéma russe & soviétique avec le public francophone.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *